Rentrée chargée pour Coop de France et FNA

A l’heure de la rentrée des classes, Pascal Viné, délégué général de Coop de France et Damien Mathon, directeur général de la FNA se sont livrés à un exercice : lister les dossiers chauds pour les mois à venir. Et pas de doute, pour le monde de la distribution aussi, la rentrée s’annonce chargée ! Même si les Etats généraux de l’alimentation restent l’un des sujets phares, il ne doit pas occulter d’autres thèmes tout aussi capitaux. Parmi eux : la réforme de la Pac, la séparation du conseil et de la vente, les transitions énergétiques, écologiques, numériques ou sociétales, la compétitivité des entreprises ou encore la réforme du code du travail.

Lancés le 28 août, les Etats généraux de l’alimentation (EGA) constituent le gros dossier de cette fin d’été. Coop de France participe aux quatorze ateliers, FNA à trois. Pascal Viné estime que « nous devons faire confiance au processus. Certes il est important de partager un constat mais serons-nous capables d’aller jusqu’à l’analyse objective de la situation ? Dans les propositions qui en découleront, chacun devra prendre ses responsabilités ». Damien Mathon espère que ces discussions, « très chronophages », « réussiront à tirer tout le monde vers le haut, notamment le secteur de l’amont ».

Séparer conseil et vente : oui mais

La séparation de la vente et du conseil devrait y être abordée. « Si le projet vise à casser les entreprises en deux, ce sera non, confie Damien Mathon. Si l’engagement pris par Emmanuel Macron lors de sa campagne électorale vise à donner plus de transparence et de traçabilité aux actions menées au sein des entreprises pour améliorer le système, alors nous sommes favorables à cette évolution. Aujourd’hui, le sujet n’est pas tranché. Il devrait être abordé dans certains ateliers des EGA ». Pascal Viné comprend lui aussi que la question se pose. Mais il souhaite que s’ouvre « un débat argumenté, technique, approfondi avec une réelle analyse d’impact. Ce ne doit pas être une simple annonce politique ».

Ne pas oublier l’axe européen

Ce gros dossier franco-français ne doit pas faire oublier que le monde agricole évolue dans un marché européen, très concurrentiel. « Et à ce titre, la réforme de la Pac s’annonce capitale pour l’avenir de nos métiers, explique Pascal Viné. Depuis plus d’un an, Coop de France travaille pour dégager des pistes d’évolution. Dans un contexte budgétaire tendu, il est capital de créer des conditions économiques stables pour que les entreprises puissent développer leur activité et les agriculteurs, vivre de leurs revenus. Nous souhaitons être moteur et force de propositions dans la réflexion qui va s’engager ».

Les attentes sociétales, déjà prises en compte

Le monde coopératif veut également montrer qu’il tient compte des attentes sociétales. « La transition est déjà engagée dans plusieurs domaines : énergétique, écologique et numérique, souligne Pascal Viné. Nous agissons pour que cela devienne une réalité du 21è siècle. Mais la transition économique ne doit pas, elle, nous ramener au 19è siècle ! Voilà pourquoi nous devons rester compétitifs sur les prix ». Dans les mois à venir, Coop de France souhaite poursuive la communication engagée depuis plusieurs années pour mieux faire connaitre le monde de la coopération. « Beaucoup de caricatures, de critiques, injustes, sont diffusées, estime Pascal Viné. Nous devons montrer, preuves à l’appui, ce que font nos entreprises. Celles-ci recèlent d’initiatives, d’énergie. Nous devons le faire savoir ».

La réforme du code du travail, bien accueillie

Quant à la réforme du code du travail, l’accueil est plutôt favorable tant du côté de la FNA que de Coop de France, dont 90% des 2600 entreprises sont des TPE/PME. Simplification du compte pénibilité, clarification de la négociation entre branche et entreprise, favorisation du dialogue social… autant de signaux positifs envoyés par le gouvernement. « A nous de collecter, digérer et diffuser toutes ces évolutions réglementaires, précise Damien Mathon. Le rôle de la fédération est aussi celui-ci ».

 

SOURCE : REFERENCE APPRO